À Charles Spon, le 10 janvier 1650
Note [3]

« Est-ce parce que la Nature, soulagée par le bienfait de la saignée, a facilement surmonté ce qui subsistait de l’empoisonnement ? ou parce qu’un scorpion de cette espèce était dépourvu de venin ? ou parce que l’emploi des thériaques et alexipharmaques de cette sorte dans ce genre de blessures n’est ni aussi sûr, ni aussi nécessaire que beaucoup le pensent ? »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 janvier 1650. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0213&cln=3

(Consulté le 19.01.2021)

Licence Creative Commons