À Charles Spon, le 5 février 1658
Note [3]

« parce qu’il n’a plu à personne » :  :

Explicatio quæstionis gravissimæ : utrum excommunicatio, quatenus Religionem intelligentes et amplexantes, a Sacramentorum usu, propter admissum facinus arcet ; mandato nitatur Divino, an excogitata sit ab hominibus. Autore Clarissimo viro Thoma Erasto D. Medico. Editio Nova secundum exemplar ex ipsius Autoris autographo Pesclavii primo excusum Anno 1589. Operis Calcem adjectæ sunt Clarissimorum aliquot Theologorum Epistolæ ; partim ad ipsum Autorem scriptæ, partim ad alios, quibus suum rogati, de hac re judicium ac sententiam proferunt. Cum indice copiosissimo.

[Explication de la question très grave de savoir si l’excommunication, dans la mesure elle écarte des sacrements ceux qui comprennent et professent la religion, en raison de la mauvaise action qu’ils ont commise, ressortit à une prescription divine, ou si elle a été inventée par les hommes. Par le très brillant M. Thomas Éraste, docteur en médecine. {a} Nouvelle édition conforme à la première édition imprimée à Poschiavo en 1589. {b} À la fin de l’ouvrage ont été ajoutées quelques lettres de très distingués théologiens, adressées soit à l’auteur, soit à d’autres, où ils ont été priés d’exposer leur jugement et leur sentence sur ce sujet. Avec un très copieux index]. {c}


  1. V. notule {b}, note [2], lettre de Charles Spon datée du 15 janvier 1658, pour la formation et compétence d’Éraste en théologie.

  2. Puschlaf [canton suisse des Grisons], Baotius Sultaceterus, in‑8o de 390 pages.

  3. Amsterdam, Georgius Trigg, 1649, in‑12 de 425 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 février 1658. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0514&cln=3

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons