À André Falconet, le 2 mai 1659, note 3.
Note [3]

« comme ignorant, mais non comme spécialiste compétent et médecin expérimenté. »

Thucydide, historien et homme politique athénien du ve s. av. J.‑C., a laissé la première description écrite d’une grande épidémie, la peste d’Athènes, qui éclata en 430 av. J.‑C. (livre ii de l’Histoire du Péloponnèse), mais on n’est encore jamais parvenu à établir s’il s’agissait de l’authentique peste ou du typhus.

Dans son article intitulé L’historien Thucydide vu par le médecin Galien, paru dans les Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (155e année, no 3, 2011, pages 1443‑1465), Jacques Jouanna a mené une analyse approfondie des 25 références à Thucydide qu’il a trouvées dans le Corpus galénique. Il y détaille notamment (page 1460) l’avis de Galien sur la compétence médicale de Thucydide, avec cette citation du livre ii sur la Gêne respiratoire (Kühn, volume 7, pages 854) :

« Thucydide, de son côté, a écrit ce qui arrive aux malades en tant que non-spécialiste pour des non-spécialistes, Hippocrate a écrit en homme de l’art pour des hommes de l’art. »

La remarquable étude de Jouanna ne contient rien qui ressemble de plus près au propos de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 mai 1659, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0561&cln=3

(Consulté le 02/03/2024)

Licence Creative Commons