À André Falconet, le 24 février 1662, note 3.
Note [3]

« sur l’infaillibilité du pape » ; {a} cette réponse janséniste anonyme était intitulée :

Status novissimæ controversiæ de infaillibilitate Pontificis etiam in quæstionibus facti, pronuper… asserta a Iesuitis et negata… a Iansenistis… Expositus ex duplici partium scripto, quibus additur in fine brevis Epicrisis de tota hac controversia hominis neutri partium addicti.

[État de la très récente controverse sur l’infaillibilité du pape, même sur les questions de fait, {b} qui a été tout récemment… défendue par les jésuites mais niée… par les jansénistes… Exposé suivant un double écrit des parties, auxquels, à la fin, on a ajouté le court jugement d’un homme indépendant des parties sur cette controverse]. {c}


  1. V. note [2], lettre 741.

  2. Le pouvoir des souverains laïques sur les affaires temporelles de leur État.

  3. Groningue, J. Gillot, 1662, in‑4o de 36 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 février 1662, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0727&cln=3

(Consulté le 25/04/2024)

Licence Creative Commons