À André Falconet, le 28 février 1662
Note [3]

François-Marie de l’Hospital, duc de Vitry et de Châteauvillain (mort en 1679), fils aîné de Nicolas (v. note [3], lettre 19), faisait carrière dans la diplomatie. En 1677 il allait être nommé conseiller d’État d’épée. Au moment des conférences de Rueil qui avaient mis fin, en mars 1649, à la première Fronde, on trouve parmi les Demandes particulières de Messieurs les généraux et autres intéressés (Mme de Motteville, Mémoires, page 269) :

« M. le marquis de Vitry demande, tant pour lui que pour quelques officiers, l’exécution de l’article concernant le rétablissement des charges de la guerre, et des lettres patentes de duc et pair, telles qu’on a accordées à MM. de Liancourt, de Damville, de La Meilleraye et autres, par les mêmes raisons que celles qui les leur ont fait accorder, avec le tabouret et prérogatives pour Madame sa femme. »

Saint-Simon (Mémoires, tome vi, page 140) dit de François-Marie de L’Hospital qu’il n’était que duc à brevet parce que Louis xiv, en 1650, avait élevé pour lui la terre de Châteauvillain en duché-pairie, mais les lettres d’érection n’en furent pas enregistrées.

V. note [18], lettre 619, pour la très funeste aventure de Vitry avec Melle de Guerchy.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 28 février 1662. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0728&cln=3

(Consulté le 04.10.2022)

Licence Creative Commons