À André Falconet, le 25 juin 1660
Note [18]

Marguerite du Régnier, demoiselle de Guerchy, avait été fille d’honneur de la reine de 1644 à 1654. Boisrobert, Beauchâteau, Benserade l’ont chantée. Elle était coquette, elle avait aguiché le prince de Galles et fut courtisée par Gaspard de Coligny après son mariage. Un proverbe de cour a dit d’elle : « Elle ne dit mot, mais n’en pense pas moins » (Adam). Séduite par le duc de Vitry, elle s’était fait avorter et mourut des accidents qui s’ensuivirent. La BnF détient sur cette affaire un factum in‑4o intitulé Du procès-verbal de question de Marie Leroux, femme de Jacques Constantin, jurée matrone, exécutée à mort suivant la sentence de M. le lieutenant criminel, confirmée par arrêt de la cour du 12 août 1660, a été extrait ce qui ensuit.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 juin 1660. Note 18

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0619&cln=18

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons