À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 3.
Note [3]

V. note [2], lettre latine 127, pour le Celse de Johannes Rhodius qui est demeuré inachevé, en dépit des efforts de Thomas Bartholin pour le sauver de l’oubli.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1121&cln=3

(Consulté le 12/04/2024)

Licence Creative Commons