Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre I
Note [3]

« Méthode pour remédier » de Galien (Kühn, volume 10, page 843, traduit du grec) :

Nihil vero minus perspicuum quod etiam substantiæ quam inspiramus habenda sit cura, ut tum optima temperie sit tum ab omni iniquinamento purissima, nec aliquid ex metallis aut caminis aut barathris sibi admisceat, aut aliquid ex putredine leguminum vel olerum vel animalium vel cujuscunque rei contrahat, aut halitus ex stagnis, paludibus vel fluvio recipiat. His itaque omnibus prospiciat oportet qui vires illæsas tueri volet.

[Rien n’est plus évident que la nécessité de prendre aussi soin de la substance que nous inspirons : qu’elle soit très bien tempérée et parfaitement pure de toute souillure, et que ne s’y mêle pas quelque élément venant des métaux, des fumées ou des cavernes, ni qu’elle soit contaminée par la putréfaction des végétaux, des animaux ou de quelque autre matière, ni qu’elle ait recueilli l’exhalaison émanant des eaux stagnantes, des marais ou d’un cours d’eau. Qui veut conserver ses forces intactes doit veiller à tout cela].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre I. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8168&cln=3

(Consulté le 07.12.2019)

Licence Creative Commons