À Charles Spon, le 3 mai 1650
Note [30]

« Arrachez-moi, vous l’invaincu, à ces souffrances : donnez, tendez-moi une main secourable » ; Virgile (Énéide, chant vi, vers 365‑366) :

Eripe me his, invicte, malis, aut tu mihi terram
inice, namque potes
.

[Arrache-moi à ces souffrances, toi l’invaincu, ou jette sur moi, tu le peux, un peu de terre].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 mai 1650. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0226&cln=30

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons