À Charles Spon, le 26 juillet 1650
Note [30]

Journal de la Fronde (volume i, fo 256 ro, juillet 1650) :

« Le 18, Leurs Majestés partirent de Tours et furent coucher à Richelieu où le marquis de ce nom leur ayant été au-devant avec trois ou quatre cents gentilshommes qu’il avait ramassés à cette fin dans le Poitou, les traita magnifiquement avec toute la Cour. »

La ville de Richelieu (Indre-et-Loire) se situe à 17 kilomètres à l’est de Loudun. Armand du Plessis, futur cardinal de Richelieu, y était né le 5 novembre 1585. À la tête du pouvoir, il avait entrepris d’en faire une ville digne de porter son nom. En 1631, il l’avait érigée en duché-pairie, y faisant construire un somptueux château (aujourd’hui complètement rasé) et transformant la bourgade tout entière en une ville de style classique, dont l’architecture ressemble d’assez près à l’actuelle place des Vosges à Paris. Dans son Voyage en Limousin, La Fontaine a décrit cette folie en trois strophes :

« Enfin, elle est, à mon avis,
Mal située et bien bâtie ;
On en a fait tous les logis
D’une pareille symétrie.

Ce sont des bâtiments fort hauts ;
Leur aspect vous plairait sans faute.
Les dedans ont quelques défauts ;
Le plus grand, c’est qu’ils manquent d’hôte.

La plupart son inhabités ;
Je ne vis personne en la rue ;
Il m’en déplaît ; j’aime aux cités
Un peu de bruit et de cohue. »

Cette étrangeté se ressent encore aujourd’hui.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1650. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0237&cln=30

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons