À Charles Spon, le 16 janvier 1652
Note [30]

La citation était inexacte : selon le Journal inédit du Parlement, le duc d’Orléans aurait déclaré le 11 janvier au Parlement que Mazarin « rendait le roi misérable et en ferait un roi de Bourges, ainsi que Charles vii » (Jestaz).

Charles vii (1403-1461), surnommé le Victorieux ou le Bien-Servi, roi de France, était le cinquième fils de Charles vi le Bien-Aimé. Il porta d’abord le nom de comte de Ponthieu et devint dauphin en 1416. Héritier présomptif de la couronne, il n’eut cependant qu’une part insignifiante au gouvernement et ne fut qu’un instrument passif entre les mains du connétable d’Armagnac. Lieutenant général du royaume en 1417, mais obligé de fuir de Paris l’année suivante lors de la fameuse entrée des Bourguignons, le dauphin se retira à Bourges (d’où les Anglais l’affublèrent du sobriquet de king of Bourges), puis à Poitiers et dans le Languedoc, prenant le titre de régent et se refusant à tous les arrangements qui auraient conservé le pouvoir au duc de Bourgogne. Monté sur le trône à la mort de son père (1422), il se fit couronner en 1429 à Poitiers tandis que le duc de Bedford, maître de Paris et d’une partie du royaume, prenait les rênes du gouvernement au nom de son neveu, Henri iv, roi d’Angleterre (G.D.U. xixe s.). Guy Patin n’avait donc pas tout à fait tort, ni Monsieur tout à fait raison.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 janvier 1652. Note 30

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0279&cln=30

(Consulté le 20.08.2022)

Licence Creative Commons