À Charles Spon, le 20 juin 1653, note 31.
Note [31]

Michaud :

« Hermann Gigas ou Gygas, cordelier flamand ou allemand d’origine, était dans une maison de son Ordre en France, lorsqu’il compila sous le titre de Flores temporum. {a} une chronique qui s’étend depuis la création du monde jusqu’à l’an 1349. […] Les Flores temporum du cordelier Martin (Martinus minorita), continués par Hermann de Gènes, depuis l’an 1290 jusqu’à 1346, et insérés dans le tome i du Corpus historicum medii ævi .{b} d’Eckhart ne sont qu’un abrégé tronqué de la chronique de Gigas que l’on cite quelquefois sous le nom d’Hermannus minorita. »


  1. « Fleurs des temps ».

  2. « Corpus historique du Moyen Âge ».

Gerhard Menschen a publié la première version des Flores temporum à Leyde (1743 et 1750, in‑4o) avec une continuation jusqu’à 1513 par Michael Eysenhart, prêtre de Weissenbourg. L’édition genevoise in‑fo dont parlait ici Guy Patin ne devait être qu’une fausse rumeur circulant dans les milieux érudits.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 juin 1653, note 31.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0318&cln=31

(Consulté le 23/02/2024)

Licence Creative Commons