De Christiaen Utenbogard, le 21 août 1656, note 31.
Note [31]

La « Préface » du Gymnasium Ultrajectinum (v. supra note [30]) est intitulée Christiano Lectori S. [Salut au lecteur chrétien]. Longue de 21 pages et composée de 22 paragraphes numérotés, elle est étonnamment écrite par un anonyme qui se déclare être l’auteur (lui même anonyme) de la Confutatio [Réfutation] (sans lieu, 1637, v. supra note [28]) qui attaquait les opinions de Voetius contre les arminiens. Marten Schoock y est entre autres nommément égratigné à l’article 8 :

Anno 1635. mense Iunio theses ad disputandum propositæ fuerunt in Ultrajectino Gymnasio, quibus asserebatur Magistratui Christiano incumbere, ut hæreticos blasphemos vel et igne, vel gladio de medio tollat, si aliter cohiberi non possint. Præses erat Voetius ; Respondens Martinus Schoock, iuratus uterque Remonstrantium communis hostis, meusque privatus, qui me jam publice duobus Latine editis scriptis pro blasphemo in Deum, ac mendace et calumniatore in populi Principes ebuccinarunt, horribiles illos titulos in ipsis librorum frontispiciis, tanquam hederam pro tabernæ vinariæ foribus suspendentes.

[Au mois de juin 1635, furent soumises à la dispute dans le Collège d’Utrecht des thèses qui enjoignaient la magistrature chrétienne de s’appliquer à faire disparaître les blasphèmes hérétiques, ou par le feu ou par le glaive, s’ils ne pouvaient être autrement empêchés. Le président en était Voetius et Marten Schoock, le répondant ; tous deux ennemis jurés communs des remontrants, et les miens personnels. {a} Ils m’avaient déjà sonné du cor publiquement dans deux livres publiés en latin, et pour blasphème contre Dieu, et pour mensonge et calomnie contre les dirigeants du pays, en accrochant ces inscriptions aux titres de leurs livres, comme un lierre au fronton d’une taverne à vin]. {b}


  1. Il s’agirait de Jacob Batelier (v. supra notule {b}, note [30]).

  2. Dans ses lettres ultérieures à Christiaen Utenbogard, Guy Patin n’est pas revenu sur les méandres de ces âpres disputes hollandaises entre calvinistes, arminiens, jansénistes et cartésiens, dirigées par et contre Voetius. Je pense qu’il a, comme moi, renoncé à en pénétrer tous les ressorts.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Christiaen Utenbogard, le 21 août 1656, note 31.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9065&cln=31

(Consulté le 28/02/2024)

Licence Creative Commons