À Charles Spon, le 1er avril 1650
Note [32]

Probable allusion au traité xi, De la mauvaise Honte, des Œuvres morales et philosophiques de Plutarque, translatées de grec en français par Messire Jacques Amyot… (Paris, Claude Morel, 1618, in‑8o, tome i, page 79, ro et vo) :

« Mais aussi faut-il volontairement faire plaisir à ceux qui nous requièrent choses raisonnables et à nous convenables, non par contrainte de honte, mais en cédant à l’équité ; comme aussi à l’encontre des demandes dommageables ou déraisonnables, il faut toujours avoir le dire de Zénon prompt à la main, lequel rencontrant un jeune homme de ses familiers qui se promenait à l’écart le long des murailles de la ville, et ayant entendu la cause, que c’était parce qu’il fuyait un sien ami qui le requérait de porter faux témoignage pour lui,

“ Que dis-tu sot que tu es, lui répondit-il : celui-là ne craint point et n’a point de honte de te requérir de choses iniques et déraisonnables, et tu n’as pas le cœur de le refuser et rebuter pour choses justes et raisonnables ? ”

Car celui qui dit

“ Méchanceté est une arme séante
Contre celui qui fait œuvre méchante ”

nous enseigne mal à nous venger de la méchanceté en nous la faisant imiter ; mais de repousser ceux qui nous molestent impudemment et effrontément, en ne nous laissant point vaincre à la honte et ne concéder point choses déraisonnables et déshonnêtes à tels effrontés, pour être honteux de leur refuser, ce sont hommes sages et bien avisés qui le font ainsi. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er avril 1650. Note 32

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0223&cln=32

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons