À Charles Spon, le 25 octobre 1652
Note [33]

« qui sont stigmatisés. »

Journal de la Fronde (volume ii, fos 164 vo et 165 ro, 22 octobre 1652) :

« Hier au matin, le Parlement étant assemblé pour délibérer s’il devait aller ce matin au Louvre, il y a eu des grandes contestations là-dessus, principalement à cause qu’il se trouve qu’il y en avait onze de la Compagnie qui n’avaient point reçu des lettres de cachet pour y aller, savoir les présidents de Thou, de Viole, MM. Broussel, Pithou, Lallemand, Portail, Machault, Croissy-Fouquet, Brisart, Genoux et Martineau. {a} L’on représenta qu’il n’y avait pas d’apparence que la cour y procédât de bonne foi, qu’il semblait qu’elle voulait proscrire ceux-ci et qu’ainsi, il n’y avait point de sûreté d’aller au Louvre. Son Altesse Royale protesta derechef à la Compagnie de ne l’abandonner point ; et enfin, l’on suivit l’avis de M. de Cumont qui fut d’aller au Louvre et néanmoins, d’envoyer auparavant des députés à MM. le Chancelier et garde des sceaux pour leur demander le sujet pour lequel on n’avait point envoyé des lettres de cachet aux onze officiers pour se trouver à cette assemblée et pour les prier de leur en procurer comme aux autres. »


  1. V. infra note [42].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 25 octobre 1652. Note 33

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0294&cln=33

(Consulté le 09.05.2021)

Licence Creative Commons