À Charles Spon, le 10 août 1657
Note [35]

« ô la pure et admirable infamie ! »

L’Esprit de Guy Patin (page 40) prolonge ce passage :

« il y a de l’entêtement là-dedans, je ne sais s’il durera longtemps. Je n’ai jamais pu trouver une raison de la fureur qu’ont les hommes de posséder des charges ruineuses. Ils veulent des titres pour nourrir leur ambition pendant qu’ils détruisent leur fortune par les titres qui semblaient l’établir. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 août 1657. Note 35

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0488&cln=35

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons