À Charles Spon, le 4 février 1650, note 36.
Note [36]

« et le voici à ce point soulagé qu’on juge que quelque dieu lui a prodigué sa médecine, et il aura bientôt cessé d’être essoufflé. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 février 1650, note 36.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0216&cln=36

(Consulté le 01/03/2024)

Licence Creative Commons