À Claude II Belin, le 6 février 1634
Note [4]

« Une mauvaise diathèse, depuis longtemps fichée dans le foie, lui promettait une brève survie et lui interdisait de longues espérances ». La fin est inspirée d’un vers d’Horace, v. note [12], lettre 98.

Terme vague et tombé en désuétude, la diathèse (mot que Guy Patin n’a employé qu’en latin, diathesis) est la « disposition générale en vertu de laquelle un individu est atteint de plusieurs affections locales de même nature » ; autrement dit (comme ici pour le foie) « la disposition intime générale déterminée peu à peu par la cause pathogénique et l’affection » (Nysten). Un avatar moderne de la diathèse est la prédisposition innée (génétique).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 6 février 1634. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0017&cln=4

(Consulté le 27.02.2020)

Licence Creative Commons