À Claude II Belin, le 3 mars 1636
Note [4]

Henri ii de Lorraine (Blois 1614-Paris 2 juin 1664), duc de Guise et prince de Joinville, petit-fils du Balafré, Henri ier (v. note [1], lettre 463), était l’un des fils du duc Charles de Guise et d’Henriette-Catherine de Joyeuse, duchesse de Montpensier ; son frère cadet était le chevalier de Guise, Roger de Lorraine. Henri avait été nommé archevêque de Reims à 14 ans. Possesseur de nombreux bénéfices ecclésiastiques, il renonça à la prélature lorsque les morts successives de son frère aîné (1639) et de son père (1640) l’eurent mis en possession du titre de duc de Guise. Engagé dans le parti du comte de Soissons en faveur des Impériaux, il avait dû s’exiler à Bruxelles pour échapper à une condamnation capitale (G.D.U. xixe s.).

Les Lettres de Guy Patin ont évoqué les principaux épisodes de sa vive tumultueuse. Henri ii de Guise n’eut pas d’enfant de ses deux mariages, qui se conclurent tous deux par un divorce : avec Anne de Rethel en 1639, puis avec Honorée de Glimes en 1641.

Tallemant des Réaux lui a consacré une historiette (tome ii, pages 367‑373) qui commence par ces mots :

« Monsieur de Reims, aujourd’hui M. de Guise, est un des hommes du monde le plus enclin à l’amour. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 3 mars 1636. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0027&cln=4

(Consulté le 30.03.2020)

Licence Creative Commons