À Charles Spon, le 14 juillet 1643
Note [4]

Olivier Le Fèvre d’Ormesson (Journal, tome i, page 85) :

« Le jeudi 23 juillet, on disait que le siège de Thionville {a} allait toujours bien ; néanmoins, on ajoutait par raillerie qu’il s’était trouvé mal, mais qu’il se portait bien mieux et qu’il se lèverait bientôt. »


  1. V. note [4], lettre 85.

Chéruel (ibid. note 3) donne là-dessus un extrait d’une lettre de même date adressée par Mazarin au duc d’Enghien :

« Monsieur, vous pouvez croire que ce ne m’a pas été une petite joie d’apprendre que le progrès du siège de Thionville va encore plus vite que l’espérance que nous en avions conçue. Mais je ne puis m’empêcher de vous dire que le peu de cas que vous faites de votre personne et les hasards continuels auxquels vous l’exposez tempèrent bien fort dans mon esprit cette joie. Je vous conjure donc, Monsieur, autant que je puis, d’y apporter plus de retenue et de faire violence à votre courage pour le conserver dans les bornes que votre charge lui doit prescrire. »

V. note [9], lettre 84, pour le mariage du duc de Nemours avec Élisabeth de Vendôme.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 juillet 1643. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0088&cln=4

(Consulté le 29.09.2020)

Licence Creative Commons