À Charles Spon, le 8 septembre 1654, note 4.
Note [4]

Dieu devra leur en être reconnaissant (restera en dette envers eux) : « Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons beau travailler, Dieu ne nous en devra jamais de reste » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 septembre 1654, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0369&cln=4

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons