À André Falconet, le 25 septembre 1655
Note [4]

Auneuil (Oise) se situe à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Beauvais et à une douzaine au sud-est de Hodenc-en-Bray, pays natal de Guy Patin.

Philibert Barjot (mort en 1570), seigneur de Marchefray, de Dormeil et d’Auneuil, avait été reçu conseiller clerc au Parlement de Paris en 1553, puis conseiller lai (laïc) en 1554. Maître en la Chambre des comptes de Dijon en 1548, maître des requêtes en 1558, il termina président au Grand Conseil en 1562. Issu d’une famille de Mâcon, il avait épousé Marie Fernel, fille aînée de Jean (« notre grand Fernel »), qui lui donna cinq enfants.

Après la mort de son époux, Marie se remaria avec Charles de Mailly de Rurmesnil, seigneur d’Auneuil, qui la traita fort mal : ayant tué ou fait tuer son deuxième beau-fils, il fut emprisonné à la Conciergerie, mais le duc de Joyeuse l’en sortit en 1585. Jean Barjot, l’aîné des fils de Marie, donna naissance à Louis Barjot, seigneur d’Auneuil, etc., maître d’hôtel du roi et grand-maître des Eaux et Forêts de Lorraine (Popoff, no 507). Ce Louis Barjot avait épousé Élisabeth de Beaumont, nièce du P. Joseph (Adam, à propos de l’historiette que Tallemant des Réaux a consacrée à son frère cadet, Henri Barjot [tome ii, pages 500-504]).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 septembre 1655. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0416&cln=4

(Consulté le 26.01.2020)

Licence Creative Commons