L. 416.  >
À André Falconet,
le 25 septembre 1655

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous remercie de vos deux dernières et confesse vous avoir de très étroites obligations. Vous êtes un ami admirable et très obligeant, mes enfants mêmes sont très obligés de vous honorer par le soin que vous avez d’eux. J’espère que Carolus, [2] mon second, ira lui-même vous remercier pour lui et son frère aîné. [3] Dans le couvent de la Visitation [4][5] à Lyon, [1] il y a une demoiselle, [6] fille de M. de Riant, [7] conseiller d’État. Sa mère est nièce de M. de Narbonne, [2][8][9] et s’appelle Marie de Rebé. [3][10][11] Cette belle religieuse, qui n’est pas encore professe, est considérable pour sa naissance, entre autres belles qualités qu’elle possède, étant descendue de notre grand Fernel [12] qui a été vraiment un incomparable médecin. Il laissa deux filles dont l’aînée [13][14] fut mariée à M. Barjot, [15] président au Grand Conseil et maître des requêtes, duquel est descendu aujourd’hui M. d’Auneuil, [16] maître d’hôtel de chez le roi. Auneuil est une terre de 12 000 livres de rente en notre pays de Picardie, près de Beauvais, [17] à deux lieues de mon pays natal. [4][18] L’autre fille de Fernel fut mariée à M. Gilles de Riant, [19] président à mortier qui mourut l’an 1597. Elle s’appelait Madeleine Fernel [20][21] et mourut l’an 1642 au mois de mars âgée de 94 ans, et generatio rectorum benedicetur[5] J’ai grand regret que je n’aie été autrefois tout exprès à Villeray-au-Perche [22] où elle est morte, pour avoir l’honneur de la voir et de lui baiser les mains ; on nous a fait bien baiser des reliques qui ne valent pas celle-là. [6] Si bien que votre belle religieuse se peut vanter d’être descendue du plus grand homme qui eût été dans notre profession depuis Galien, [23] puisque le grand Fernel est son trisaïeul. Je suis, etc.

De Paris, ce 25e de septembre 1655.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 septembre 1655

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0416

(Consulté le 15.12.2019)