À André Falconet, le 25 septembre 1655, note 5.
Note [5]

« et bénie soit la race des justes. »

L’intérêt méticuleux que Guy Patin portait à la descendance de Jean Fernel atteste de l’admiration sans borne qu’il vouait au grand médecin français du xvie s. Il allait revenir sur le sujet : v. note [5], lettre 431. Du mariage de Jean Fernel avec Madeleine Tournebulle (ou Tournebue, v. note [29] du Faux Patiniana II‑3), en 1531, étaient nées les deux filles dont il est ici question : Marie l’aînée, et Madeleine.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 septembre 1655, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0416&cln=5

(Consulté le 18/07/2024)

Licence Creative Commons