À André Falconet, le 17 juin 1660, note 4.
Note [4]

« S. » dans Bulderen, que Reveillé-Parise a curieusement traduit par « sermon », en dépit du contexte.

Outre son épouse et celle de son fils aîné, Robert (marié le 31 mai 1660 à Catherine Barré), Guy Patin parlait ici de deux belles-sœurs, qui devaient être sœurs ou belles-sœurs de son épouse, née Jeanne de Janson ; il a écrit dans sa lettre du 30 janvier 1652 à Charles Spon qu’il avait racheté à ses deux beaux-frères leurs parts dans sa maison des champs de Cormeilles.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 juin 1660, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0618&cln=4

(Consulté le 26/05/2024)

Licence Creative Commons