À André Falconet, le 11 janvier 1661
Note [4]

« Un corps sain puise en lui-même sa force, et n’a nul besoin d’un Machaon, mais le malade, inquiet sur son état, a recours aux conseils du médecin » (Ovide, Pontiques, livre iii, lettre iv, à Rufin, vers 7‑8).

Dans l’Iliade, Machaon ou Asclépiadès (fils d’Esculape, v. note [4], lettre 551) et son frère Podalirios (v. note [18], chapitre viii du Traité de la conservation de santé) furent les médecins des Grecs pendant le siège de Troie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 janvier 1661. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0663&cln=4

(Consulté le 20.01.2021)

Licence Creative Commons