À André Falconet, le 4 mai 1666
Note [4]

« Il appartient à celui qui a créé de recréer, {a} car corriger le défaut qui s’est mis dans la substance des parties n’est pas dans la capacité humaine. »


  1. Saint Thomas d’Aquin, Commentum in secundum librum Sententiarum Magistri Petri Lombardi [Commentaire sur le deuxième livre des Sentences de Pierre Lombard], {i} distinction xxvi, question i, article i, {ii} § 4, sur la grâce de Dieu :

  2. Præterea ejus est recreare, cujus est creare. Sed ipse Deus solus sine medio animam creavit. Ergo ejus solius est recreare.

    En outre, à celui qui crée a le pouvoir de recréer. Mais Dieu seul et sans intermédiaire a créé l’âme. Il a donc seul le pouvoir de la recréer.

    1. Pietro Lombardo théologien et évêque italien, mort à Paris en 1160.

    2. Utrum gratia sit aliquid creatum in anima [Si la grâce est quelque chose qui a été créé dans l’âme].

V. note [5], lettre 793, pour la description par Jean Fernel, encore remarquable aujourd’hui, de la phtisie, maladie par excellence de la substance pulmonaire (tuberculose).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 mai 1666. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0866&cln=4

(Consulté le 03.02.2023)

Licence Creative Commons