À Charles Spon, le 3 mai 1650
Note [41]

Journal de la Fronde (volume i, fo 220 vo, Paris le 20 mai 1650) :

« M. d’Émery vit encore. Son hydropisie ayant sorti par les jambes, prolongera sa vie pour quelques jours. {a} La surintendance avait été promise au président de Maisons qui devait faire trouver 700 mille livres d’extraordinaire dans les coffres du roi, mais les frondeurs en témoignent du mécontentement à cause qu’ils portaient fort le marquis de La Vieuville. L’on croit qu’on ne donnera point d’autre assesseur à M. d’Avaux que M. d’Aligre, qui est dans l’approbation de tout le monde. »


  1. L’apparition d’un œdème des membres inférieurs était tenue pour un signe de rémission dans l’évolution d’une hydropisie.

Le premier médecin du roi était François Vautier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 mai 1650. Note 41

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0226&cln=41

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons