À Charles Spon, le 1er mars 1650
Note [42]

Aumale (Histoire des princes de Condé, tome vi, pages 29‑34) :

« Le “ pain du roi ” fut refusé aux prisonniers. Un arrêt du Conseil ayant prescrit aux intendants des princes de pourvoir à la dépense de leurs maîtres, le président Ferrand, que Condé avait commis à l’administration de ses affaires, refusa de se prêter à l’exécution de cet arrêt ; ses meubles furent saisis comme l’étaient déjà ceux de son mandant. D’autre part, l’entrée du château restant interdite aux serviteurs des princes et ceux-ci ne voulant pas toucher aux viandes préparées dans la cuisine de leur geôlier, il fallut envoyer des officiers du roi qui souvent refusaient le service, faute d’argent ; de là quiproquo, colère du gouverneur, coups de bâton ; les prisonniers n’en étaient pas moins fort irrégulièrement servis et nourris. […]

Malgré la surveillance, les prisonniers n’étaient pas sans communication avec l’extérieur. D’abord les médecins : on n’avait pu refuser à Conti des soins indispensables ; un jeune praticien nommé Dupré s’établit en permanence au château ; les visites du vieux médecin Guénault et du chirurgien Dalencé furent autorisées. On fit passer à Condé un bâton d’encre de Chine et de petits tuyaux de plume qu’il accrochait au col de sa chemise ; les livres qu’on lui envoyait étaient des in‑folios en grand papier ; il déchirait les marges, mouillait le bâton avec de la salive et parvenait à écrire des billets. Il n’était pas moins habile, la nuit, à se servir de ces in‑folios, à manœuvrer sa bougie, son rideau et sa couverture pour lire, sous les yeux des gardiens, les avis qu’on lui faisait parvenir. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mars 1650. Note 42

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0219&cln=42

(Consulté le 08.08.2022)

Licence Creative Commons