À Charles Spon, le 29 mai 1648
Note [46]

La Fronde parlementaire enflait alors dangereusement depuis l’arrêt d’union des cours souveraines (v. note [7], lettre 156), retenant la reine et le roi à Paris jusqu’à la fin de l’été. Ils ne séjournèrent à Rueil puis à Saint-Germain que du 13 septembre au 31 octobre, avant d’être rappelés dans la capitale par le mouvement de révolte qui s’y développait.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 mai 1648. Note 46

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0156&cln=46

(Consulté le 17.10.2019)

Licence Creative Commons