À Charles Spon, le 24 mai 1650
Note [5]

Journal de la Fronde (volume i, fo 216 ro, 11 mai 1650) :

« Le même jour, la Grand’Chambre, l’Édit et la Tournelle s’étant assemblées, vérifièrent l’amnistie générale {a} de ce qui s’était passé à Paris le 11 décembre lorsque le marquis de La Boulaye voulut faire prendre les armes. » {b}


  1. Le coadjuteur y était aussi inclus.

  2. On amnistiait le complot du 11 décembre 1649 sans en avoir démêlé tous les fils (v. note [2], lettre 216).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 mai 1650. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0229&cln=5

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons