À Charles Spon, le 21 septembre 1657
Note [5]

Homenaz, évêque de Papimanie, est un personnage du Quart livre de Rabelais (chapitres xlviii à liv). Au chapitre lii (Continuation des miracles advenus par les décrétales), frère Jean lui confesse s’être « torché le cul » avec des décrétales (lettres papales) qu’un moine avait laissé tomber dans le cloître de l’abbaye de Seuillé (Huchon, page 659) :

« Je me donne à tous les diables, si les rhagadies et hæmorrutes {a} ne m’en advinrent si très horribles que le pauvre trou de mon clous bruneau en feu tout déhinguandé. {b}
— Injan, {b} dit Homenaz, ce fut évidente punition de Dieu vengeant le péché qu’aviez fait incaguant ces sacrés livres, lesquels devez baiser et adorer. » {b}


  1. Fissures anales et hémorroïdes (v. note [11], lettre 253).

  2. Disloqué ; le Clos Bruneau (partie du Quartier latin, autour de la rue Jean-de-Beauvais) désigne ici l’anus.

  3. Par saint Jean.

  4. Et quelques lignes plus loin, l’évêque tire la morale de deux autres utilisations sacrilèges de parchemins sacrés en s’exclamant « Punition et vengeance divine ! »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 septembre 1657. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0492&cln=5

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons