À André Falconet, le 10 décembre 1660
Note [5]

Loret s’est gentiment moqué de cet édit (Muse historique, livre xi, lettre l, du samedi 18 décembre 1660, vers 151‑204). :

« Le seize du mois, fut criée,
Et par tout Paris publiée
La déclaration du roi,
Qui met le luxe en désarroi,
Luxe de dorures, guipures,
De fins galons, de découpures,
De passements d’or et d’argent,
Qui rendaient chacun indigent,
Jean, Thomas, Gautier et Guillaume,
Et très bien des grands du royaume
Qui pour des superfluités,
S’endettaient de tous les côtés.
Ce règlement est une marque
De la prudence du monarque,
De son ministre sans-pareil,
De son judicieux Conseil
Et de son Parlement auguste
Qui, l’ayant trouvé saint et juste,
Quand il lui fut notifié,
L’a, de grand cœur, vérifié.
Adieu frivoles bagatelles,
Adieu ruineuses dentelles,
Dont l’aune coûtait, quelquefois,
Deux cents pistoles, voire trois ;
Adieu riches devants de jupes
Qui donniez dans les yeux des dupes,
Mais dont l’ornement éclatant
N’était que vanité, pourtant ;
Car les jupes les plus unies,
Aussi bien que les mieux garnies,
Sans les faire d’un prix si cher,
Cachent tout ce qu’il faut cacher.
Je crois que de cette défense
Qui supprime tant de dépense,
Les amants, galants et maris
Ne seront nullement marris ;
L’économie est bien plus douce
Des dentelles hautes d’un pouce,
Que de ces galons précieux
Qui ne faisaient du bien qu’aux yeux,
Mais qui faisaient du mal aux bourses,
Tarissant toutes leurs ressources.
Sans doute, le Conseil du roi,
En agissant de bonne foi
Touchant les désordres de France,
En bannira toute bombance ;
À Louis, tout jeune qu’il est,
Toute chose modeste plaît ;
Et si, de santé, vingt années
À Jules {a} étaient encore données
Pour servir notre potentat,
Je crois qu’il purgerait l’État
De cent abus sur mer, sur terre,
Comme il l’a purgé de la guerre. »


  1. Mazarin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 décembre 1660. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0656&cln=5

(Consulté le 17.09.2021)

Licence Creative Commons