À André Falconet, le 18 février 1661, note 5.
Note [5]

Dans son Autobiographie (v. sa note [21]), Charles Patin a rangé Anatomiam medicinæ oculum esse non inficior [Je ne nie pas que l’anatomie soit l’œil de la médecine] parmi les privata præcepta [préceptes particuliers] que son père lui enseignait. Divers auteurs ont cité cet adage dont je n’ai pas identifié la source, probablement antique.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 février 1661, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0671&cln=5

(Consulté le 26/05/2024)

Licence Creative Commons