À Christiaen Utenbogard, les 10 et 28 mars 1664
Note [5]

V. note [74], lettre 332, pour le « Jardin royal de Blois » d’Abel Brunier (Paris, 1653 et 1655). Guy Patin a barré le nom de Brunier (ici mis entre accolades) pour le remplacer par celui de Laugier ; sur quoi les Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, par les professeurs de cet établissement (Paris, Levrault frères, 1803, tome second, page 8) nous éclairent partiellement :

« Gaston d’Orléans, oncle du roi, avait formé {a} dans son château de Blois un jardin de botanique, qui, confié successivement aux soins de Marchant, {b} Brunier, Laugier {c} et Morison, {d} renfermait beaucoup de plantes et avait acquis quelque célébrité. »


  1. En 1636. Gaston d’Orléans mourut en 1660.

  2. Nicolas Marchant, apothicaire de Monsieur Gaston.

  3. Jean Laugier était botaniste de Monsieur. Patin semblait le considérer comme l’auteur de la seconde édition de l’Hortus Blesensis (Paris, 1655), mais on n’y lit pas son nom : on n’y voit que celui de Brunier (mort en 1665), au début et à la fin du texte.

  4. Robert Morison (1620-1683), médecin écossais catholique, docteur de la Faculté d’Angers, professeur de botanique à Oxford en 1659, a réédité le catalogue de Brunier : Hortus regius Blesensis auctus… [Le Jardin royal de Blois augmenté…] (Londres, Thomas Roycroft, 1669, in‑8o), avec de longues dédicaces et pièces préliminaires où ne se lisent ni le nom de Brunier ni celui de Laugier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, les 10 et 28 mars 1664. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1324&cln=5

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons