Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : viii
Note [5]

Palpitation : « mouvement convulsif du cœur, qui consiste dans un mouvement déréglé, forcé et véhément. Palpitatio cordis. La palpitation a divers degrés, étant tantôt grande, tantôt médiocre, et tantôt petite ; elle est quelquefois si impétueuse, qu’on l’entend et qu’on la voit ; il est même arrivé que les côtes en ont été rompues. Le tremblement du cœur diffère de la palpitation : dans le tremblement les pulsations sont petites, fréquentes et tremblotantes, au lieu que la palpitation est une secousse immodérée et violente. La cause de la palpitation est tout ce qui peut irriter le cœur et y exciter une constriction déréglée, comme sont l’acrimonie du sang, les polypes et les autres excroissances qui se forment dans ses ventricules, l’eau abondante dans le péricarde, etc. Les artères sont aussi sujettes à des palpitations : quelquefois ce sont les carotides, quelquefois les artères des tempes, et quelquefois l’artère splénique. La cause est la circulation du sang empêchée dans ces artères particulières » (Trévoux).

V. note [8], lettre 725, pour la description de la palpitation par Jean Fernel dans sa Pathologie en 1554. Elle était alors considérée comme caractéristique d’un état mélancolique. Aujourd’hui, ce sont des secousses cardiaques ressenties par le patient comme un choc dans la poitrine, liées à une irrégularité rythmique : quand la palpitation est isolée, c’est un battement prématuré (extrasystole) ou, plus précisément, la systole (contraction du ventricule gauche) plus ample qui lui succède ; quand elle survient par salves, il s’agit généralement d’une fibrillation atriale (ou auriculaire), irrégularité, intermittente ou permanente, de la stimulation provenant de l’atrium (oreillette) gauche, ce qui correspond probablement au « tremblement du cœur » décrit par Trévoux.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : viii. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8161&cln=5

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons