Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4, note 50.
Note [50]

Camille (Marcus Furius Camillus) est un vaillant général et dictateur romain du ive s. av. J.‑C., qui contribua à fonder la puissance militaire et dominatrice de la République. Cet article abrège et traduit bizarrement (entre guillemets français) le discours que Camille tint à ses soldats avant une grande bataille contre une coalition ennemie en l’an 389 (Tite-Live, Ab Urbe condita [Histoire de Rome], livre vi, chapitre vii) :

Quæ tristitia, milites, hæc, quæ insolita cunctatio est ? Hostem an me an vos ignoratis ? Hostis est quid aliud quam perpetua materia virtutis gloriæque vestræ ? Vos contra me duce […], modo trigeminæ victoriæ triplicem triumphum ex his ipsis Volscis et Æquis et ex Etruria egistis. An me, quod non dictator vobis sed tribunus signum dedi, non agnoscitis ducem ? Neque ego maxima imperia in vos desidero, et vos in me nihil præter me ipsum intueri decet ; neque enim dictatura mihi unquam animos fecit, ut ne exsilium quidem ademit. Iidem igitur omnes sumus, et cum eadem omnia in hoc bellum adferamus quæ in priora attulimus, eundem eventum belli exspectemus. Simul concurreritis, quod quisque didicit ac consuevit faciet : vos vincetis, illi fugient.

[Soldats ! quel est cet abattement, quelle est cette étrange hésitation ? Oubliez-vous qui est l’ennemi, qui je suis, qui vous êtes ? L’ennemi n’est-il pour vous autre chose qu’une perpétuelle occasion de courage et de gloire ? Sous mon commandement, (…), n’avez-vous pas naguère, par une triple victoire, triomphé trois fois contre ces mêmes combattants volsques, èques, et venus d’Étrurie ? {a} Ne me reconnaissez-vous plus pour votre chef parce que je vous ai donné l’ordre, non plus comme dictateur, mais comme tribun ? Je n’aspire pas à avoir sur vous une autorité absolue, il ne vous faut voir en moi que qui je suis. Jamais je n’ai dû mon courage à la dictature, et l’exil ne me l’a pas ôté. Nous sommes donc tous les mêmes ; et puisque nous apportons dans cette guerre tout ce que nous avons apporté aux autres, espérons-y la même issue. Une fois engagés dans le combat, chacun exécutera ce qu’il a appris et ce qu’il a coutume de faire : vous vaincrez, ils fuiront].


  1. Peuples du Latium et de l’Étrurie qui refusaient de se soumettre à Rome.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4, note 50.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8217&cln=50

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons