À Charles Spon, le 8 janvier 1650
Note [57]

« Aristippe veut toujours de l’argent, et Platon toujours des livres » : « Comme Aristippe avait accepté l’argent qui venait de Denys alors que Platon, lui, n’avait fait que prendre un livre, Aristippe dit à qui lui en faisait reproche : “ C’est que moi j’ai besoin d’argent, alors que Platon a besoin de livres ” » (Diogène Laërce, Aristippe, livre ii, § 81).

Aristippe de Cyrène (v. notule {a}, note [14] du Borboniana 6 manuscrit), philosophe grec contemporain de Platon (ve s. av. J.‑C.), disciple de Socrate, a fondé l’École cyrénaïque sur l’idée qu’il fallait donner un caractère pratique à la philosophie. Très attaché aux choses matérielles, il passa une partie de sa vie en Sicile, fréquentant la cour des deux Denys à Syracuse, y devenant maître dans l’art de flatter les tyrans pour en tirer des bienfaits. Il fut le précurseur d’Épicure et des philosophes sceptiques.

En faisant dire par Charles Spon à André Falconet qu’il refusait (le remerciait) ses fromages mais acceptait ses livres, Guy Patin se comparait donc à Platon.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650. Note 57

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=57

(Consulté le 18.01.2022)

Licence Creative Commons