À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659, note 6.
Note [6]

« que les Grecs appellent alors amébées ». « On appelle un poème amébée, des vers amébées, lorsqu’il s’y fait une espèce de dispute ou de combat entre deux interlocuteurs, de manière que celui qui parle le dernier enchérisse toujours sur l’autre et s’oppose à son sentiment » (Trévoux). La racine de l’adjectif latin amœbæus, « alterné », est grecque : αμοιβαιος, « qui se répond ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0557&cln=6

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons