À Charles Spon, le 28 janvier 1661
Note [6]

« et ne s’en porte pas mieux du tout. »

Le tableau décrit évoque aujourd’hui une insuffisance cardiaque (ou moins probablement rénale) très avancée : malaises et épuisement physique ; étouffements et gêne respiratoire (asthmatique) évoquant un œdème pulmonaire ou une pleurésie de grande abondance ; œdème des pieds. Tout cela était alors attribué à la goutte (v. note [30], lettre 99). Il est curieux de voir combien la survenue d’une crise (une bonne goutte) était espérée par les médecins : mettant fin à la coction, la crise marquait l’évolution finale (événement) de la maladie, soit vers la guérison, soit vers la mort ; dans les deux cas, elle délivrait le malade. On essayait de provoquer cette crise en saignant et purgeant, dans l’idée de combattre l’intempérie (déséquilibre) des humeurs.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 janvier 1661. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0668&cln=6

(Consulté le 15.04.2021)

Licence Creative Commons