À André Falconet, le 2 juin 1671, note 6.
Note [6]

Guy Patin avait pu faire tâter le pouls à Colbert au sujet de Carolus par plusieurs de ses relations éminentes, comme le premier président Lamoignon. Le ministre pouvait sans mentir affirmer que l’ordre d’arrêter Charles Patin était venu de plus haut que lui, selon toute vraisemblance de Monsieur, et peut-être même de son frère, le roi en personne (v. les Déboires de Carolus).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 juin 1671, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1002&cln=6

(Consulté le 19/06/2024)

Licence Creative Commons