À Johann Georg Volckamer, le 25 février 1661
Note [6]

Au printemps de 1660, année paire, les bacheliers de médecine parisiens avaient soutenu et publié leurs premières thèses quodlibétaires portant sur un sujet physiologique (choses dites naturelles). En 1659, année impaire (« depuis plus d’un an »), la promotion précédente de bacheliers avait disputé ses secondes quodlibétaires sur un sujet pathologique (choses dites contre nature) et ses cardinales sur un sujet thérapeutique (choses dites non naturelles, v. note [13] des pièces liminaires du Traité de la conservation de santé).

V. note [1], lettre 1, pour une explication détaillée des thèses de médecine parisiennes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 25 février 1661. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1190&cln=6

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons