À Johann Georg Volckamer, le 18 mai 1662, note 6.
Note [6]

Cupressus Funerea, sive Disputatio Historica de antiquo ritu funerum præcipue in Ecclesia. Quam, Deo Uno et Trino adjuvante, sub præsidio Viri clarissimi et excellentissimi Dn. Johannis Michaelis Dilherri M. Oratoriæ, Historiarum et Poeseos Prof. Publ. longe celeberrimi, Dn. Præceptoris, Fautoris et Promotoris sui, omni animi submissione ac observantia æternum colendi, publice ventilandam proponit Ακροατηριω Philosophico, ad Cal. Junij Johannes Preisschuchius Ohrano-Thuring.

[Le Cyprès funéraire, ou Thèse historique sur le rite antique des funérailles, principalement dans l’Église ; avec l’aide de Dieu qui est un et trois à la fois, Johann Preissuch, natif de Thuringe, l’a disputée publiquement le 1er juin en l’auditorium de philosophie, sous la présidence du très distingué et très éminent Johann Michael Dilherr, de loin le plus célèbre professeur public d’éloquence, d’histoire et de poésie, son précepteur, promoteur et protecteur, qu’il honore et honorera éternellement de toute l’obéissance et soumission dont son esprit est capable]. {a}


  1. Iéna, Ernst Steinmann, 1636, in‑4o ; thèse réimprimée sour le numéro xv (pages 446‑470) dans le Johannis Michaelis Dilherri, Franci, Disputationum Academicarum, præcipue Philologicarum, Tomus Primus… [Premier tome des Thèses académiques, principalement philologiques (au nombre de 26), de Johann Michael Dilherr…] (Nuremberg, Wolfgang Endter, 1652, in‑4o ; il a paru la même année un autre tome, intitulé Tomus novus, contenant 23 autres thèses).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 18 mai 1662, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1228&cln=6

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons