À Christiaen Utenbogard, le 1er décembre 1662
Note [6]

Juvénal (Satire x, vers 72‑82), sur la folie du peuple et de ses gouvernants :

                                                        Sed quid
turba Remi ? Sequitur fortunam ut semper et odit
damnatos. Idem populus, si Nortia Tusco
favisset, si oppressa foret secura senectus
principis, hac ipsa Seianum diceret hora
Augustum. Iam pridem, ex quo suffragia nulli
vendimus, effudit curas ; nam qui dabat olim
imperium, fasces, legiones, omnia, nunc se
continet atque duas tantum res anxius optat,
panem et circenses.
– “ Perituros audio multos. ”
– “ Nil dubium, magna est fornacula. ”

[Que fait-elle, cette tourbe des enfants de Rémus ? {a} Ce qu’elle a toujours fait, elle suit la fortune et déteste les réprouvés. Si Nortia {b} eût favorisé son compatriote toscan, {c} si un coup imprévu eût fait tomber le vieil empereur, sur l’heure, ce même peuple proclamerait Séjan Auguste. {d} Depuis qu’il n’a plus de suffrages à vendre, il n’a cure de rien ; lui qui jadis distribuait les pleins pouvoirs, les faisceaux, les légions, tout enfin, il a rabattu ses prétentions et ne souhaite plus anxieusement que deux choses : du pain et des jeux ! {e} – « On dit qu’il va en périr beaucoup d’autres. » – « Bien sûr ! Il y a de la place dans la fournaise. »] {f}


  1. Les Romains.

  2. Déesse étrusque du Destin et de la Fortune.

  3. Séjan, ministre et favori de Tibère, v. note [21], lettre 417.

  4. Empereur.

  5. Célèbre expression que Guy Patin a reprise dans une lettre plus tardive (v. note [7], lettre 782).

  6. Mise en exergue du passage cité par Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 1er décembre 1662. Note 6

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1255&cln=6

(Consulté le 03.02.2023)

Licence Creative Commons