Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 7, note 6.
Note [6]

Myrobalan ou myrobolan : « fruit gros comme une prune, qui nous est apporté des Indes. Il y en a de cinq espèces, qui sont tous un peu astringents et légèrement purgatifs, à peu près comme la rhubarbe. On les emploie avec succès dans plusieurs maladies » (Académie).

Littré DLF ajoute que :

  • le mot vient du grec, muron, parfum, et balanos, gland (soit une signature « olfactive ») ;

  • « Hauteroche [Noël Lebreton, sieur de Hauteroche (1617-1707), acteur et dramaturge français] a fait de myrobolan le nom d’un médecin qui guérissait tout par des pilules, et, comme cela semblait miraculeux, on a pris en ce sens le terme myrobolan ; on le trouve aussi, en tant qu’adjectif populaire, écrit mirobolant. »

Le mot figure dans le chapitre xiv, Comment Panurge raconte la manière comment il échappa de la main des Turcs, du Pantagruel de Rabelais :

« Et une jeune Corinthiace, {a} qui m’avait apporté un pot de myrobolans emblics, {b} confits à leur mode, laquelle regardait mon pauvre hère émoucheté, {c} comment il s’était retiré au feu, {d} car il ne m’allait plus que jusqu’aux genoux. » {e}


  1. « une prostituée de Corinthe ».

  2. Nom de l’une des variétés de myrobolans, réputée fortifiante et aphrodisiaque.

  3. « mon pauvre diable émoussé ».

  4. « comme s’il avait rétréci au feu ».

  5. Les commentaires que j’ai lus de ce passage ne se sont pas attardés sur l’énormité de sa paillardise, quand on donne à hère le sens de diable (ange malin) et, de là, celui, hermétique et grossier, de pénis.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 7, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8137&cln=6

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons