Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : vii
Note [6]

Nicolás Bocángel (Nicolaus Boccangelinus), médecin espagnol natif de Madrid, médecin de Marie d’Autriche, fille de Charles-Quint, puis de son neveu Philippe iii, roi d’Espagne. Il a donné naissance au poète Gabriel Bocángel (1603-1658) et a publié un De Febribus morbisque malignis et pestilentia, necnon de earum causis, præsagiis, curatione, et præservatione Liber [Livre sur les fièvres et maladies malignes, et sur la peste], ainsi que sur leurs causes, signes, traitement et prévention] (Madrid, Luis Sanchez, 1604, in‑4o). Guy Patin citait ce paragraphe du chapitre xviii, De recta victus institutione in morbis malignis et pestilentibus, cum actu molestant [Le bon régime à instituer dans les maladies malignes et pestilentes quand elles épuisent par leur effet] (pages 113‑114) :

Tandem in victu præferunt nonnulli usum pulverum cordialum, lapidis bezoar, margaritarum, et corallorum, et terræ Lemniæ. Sed obstructiones augent, et in his morbis isti pulveres cum terream et crassam habeant naturam, subsident in ventriculi fundo et meseriis venas obstruunt, in ipsisque impinguntur, et nonnunquam impedimento sunt, quominus pravi et pestilentes vapores exeant. Si vero febris pendet ex humorum nimia putredine, et in natura calida et humida, viisque nimis expeditis aliquando poterunt ex usu esse.

[Pour remède, certains privilégient l’emploi des poudres cordiales, de la pierre de bézoard, des perles, des coraux et de la terre lemnienne ; {a} mais toutes ces poudres augmentent les obstructions dans ces maladies et, comme elles sont de nature grossière et terreuse, elles précipitent dans le fond de l’estomac et obstruent les veines mésaraïques ; {b} elles s’y jettent et font parfois obstacle à l’exhalaison des vapeurs néfastes et pestilentes. Si pourtant la fièvre dépend d’une putréfaction excessive des humeurs, et d’une nature chaude et humide, on pourra faire usage de ces médicaments après avoir largement ouvert les voies d’évacuation].


  1. Venue de l’île de Lemnos, en mer Égée, la terre lemnée (ou sigillée) était réputée posséder des vertus cardiaques. Elle entrait dans la composition de la thériaque.

  2. Mésentériques.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : vii. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8160&cln=6

(Consulté le 18.10.2019)

Licence Creative Commons