De Thomas Bartholin, le 17 juillet 1647
Note [6]

V. notes [6], lettre 143, pour le procès des pharmaciens de Paris contre la thèse de Guy Patin sur la sobriété, et [24], lettre 186, pour le titre du Manuale medicum [Manuel médical] dont Guy Patin n’a jamais eu que le projet (dont il s’est ouvert à Charles Spon dans sa lettre du 13 juillet 1649) et qui contenait le mot seplasiarius (boutiquier, droguiste, parfumeur) pour dénigrer les pharmaciens. Il l’a employé neuf fois dans la suite de sa correspondance latine. Il n’est pas inconcevable que ce soit Thomas Bartholin qui le lui ait soufflé.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Thomas Bartholin, le 17 juillet 1647. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9063&cln=6

(Consulté le 08.04.2020)

Licence Creative Commons