De Hermann Conring, le 24 septembre 1663
Note [6]

Je ne suis peut-être pas parvenu, j’en conviens volontiers, à parfaitement transcrire (car son écriture est difficile à déchiffrer) et traduire (car son latin est volontiers compliqué) les propos d’Hermann Conring ; mais il est clair qu’à l’instar d’autres savants (qui le dirent parfois moins aimablement, v. note [6], lettre 814), il jugeait le livre de Charles Patin médiocre, banal et incomplet. Pour faire avaler la pilule aux Patin, Conring la dorait de flatteuses promesses : aider Charles à perfectionner ses connaissances numismatiques débutantes, et l’inviter même à venir étudier en Allemagne et à entrer dans les bonnes grâces du duc Auguste de Brunswick.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Hermann Conring, le 24 septembre 1663. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9081&cln=6

(Consulté le 19.05.2022)

Licence Creative Commons