Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre II, note 68.
Note [68]

Les assiégés affamés de La Rochelle (1627-1628, v. note [27], lettre 183) sont réputés y avoir recouru.

De manière moins sensationnelle, Furetière appelle boudin le « boyau de porc empli de son sang et de sa graisse, dont on fait un mets bon à manger : celui-là s’appelle boudin noir ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre II, note 68.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8169&cln=68

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons