À Claude II Belin, le 28 mai 1635
Note [7]

Au sens strict une bulle est une « expédition de lettres en Chancellerie romaine, scellée en plomb, qui répond aux édits, lettres patentes et provisions des princes séculiers. Les jubilés s’octroient par bulles. On ne sacre point les évêques, qu’ils n’aient leurs bulles. En Espagne on expédie des bulles pour toutes sortes de bénéfices, mais en France on n’a que de simples signatures en papier, à la réserve des évêchés, abbayes, dignités et prieurés conventuels. La bulle n’est proprement que le sceau ou le plomb pendant qui donne son nom au titre, parce qu’il lui donne son autorité » (Furetière). Au sens élargi, comme ici, on appelait bulles les diplômes portant le sceau d’une université.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 28 mai 1635. Note 7

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0022&cln=7

(Consulté le 29.06.2022)

Licence Creative Commons